L’installation de la cliente sur votre fauteuil de soins

En l’installant sur votre fauteuil de soins, vous devez assurer à votre cliente le maximum de confort.

Recouvrez-lui les pieds et les jambes d’une couverture de laine aux couleurs chatoyantes et entourez-lui la tête d’un bandeau qui doit bien dégager le front jusqu’à l’implantation des cheveux, n’être ni trop lâche ni trop serré, en un tissu à la fois élastique et facile à laver.

Fauteuil de soins

Fauteuil de soins

Vous employer habituellement des bandes dites Velpeau. On leur préfère ces bandeaux en nylon, très seyants, qui sèchent rapidement après le lavage et comportent une partie élastique qui permet de les adapter aisément sans besoin d’agrafes.

Il est indispensable, après ces soins préliminaires, de se laver les mains soigneusement — et si possible ostensiblement — pour les débarrasser des souillures apportées par la manipulation des vêtements, cheveux, etc… de la cliente avant de toucher à sa peau.

Le démaquillage

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Pour que la lecture du visage de votre cliente soit valable, il est nécessaire que vous puissiez bien voir, surtout chez certaines clientes qui confondent trop souvent camouflage et maquillage.

Le démaquillage sera donc minutieux et attentif puisqu’il représente une manœuvre esthétique importante.

On peut même affirmer qu’un démaquillant bien exécuté est à lui seul un véritable soin : il débarrasse l’épiderme des poussières microscopiques qui s’incrustent sur la couche cornée, des déchets cutanés et des résidus des fards laissés sur place par la cliente qui, d’habitude, se démaquille fort mal.

On pourrait écrire un petit opuscule fort curieux sur les procédés les plus divers et les plus fantaisistes employés par les femmes pour leur démaquillage du soir.

Certaines, tel un petit chat, passent légèrement, ô combien ! un tampon imbibé d’eau ; d’autres confient ce travail à la serviette à démaquiller, font confiance à ce verbe prometteur et ne se soucient guère de savoir s’il ne serait pas opportun d’appliquer au préalable du lait ou de la crème.

Il y a aussi les consciencieuses qui font usage de crème ou de lait : mais il faut voir comment ! Vous imaginez aisément alors la quantité de résidus qui, à la longue, demeurent sur la peau.

Trois catégories de produits peuvent être utilisés pour le démaquillage :

  • les lotions moussantes
  • les crèmes
  • les laits

Auquel des trois faut-il donner la préférence ? Comme la plupart de vos collègues, vous la donnerez au lait, pour les raisons suivantes :

  • les lotions moussantes, à part quelques préparations nouvelles qu’on aura l’occasion de vous signaler, sont trop détergents et, de ce fait, risquent d’irriter et de dessécher. Leur usage sera limité à la peau reconnue grasse, comme détergent final, après la nuit
  • les crèmes, hormis le cas où le maquillage est très épais, comme au théâtre ou au cinéma, ont en général une trop grande viscosité. Elles poissent et laissent sur la surface épidermique une pellicule de corps gras qui peut fausser l’examen et gêner le traitement. Pour les retirer, il faut en outre pratiquer avec un tampon d’ouate ou une serviette un mouvement de massage néfaste puisqu’il favorise la pénétration des corps gras et des matières colorantes dans les orifices des follicules pilo-sébacés

Le lait démaquillant

Le lait démaquillant

Le lait démaquillant

Gras sans être visqueux, ne laissant aucun résidu, les laits démaquillants demeurent, pour le moment, les détergents les meilleurs des maquillages courants.

Le Dr Paul Blum leur a accordé un prix d’excellence de la Dermatologie officielle en écrivant dans son petit livre : ils rafraîchissent, adoucissent, assouplissent et nettoient bien la peau sans la dessécher.

Ajouter un commentaire