Le matériel d’examen de la peau

Si l’œil, et l’œil expérimenté surtout, est le meilleur des appareils, il est incontestable que l’Esthéticienne aura avantage à se munir de certains instruments.

Ceux-ci sont destinés, en majeure partie, à lui permettre une vision plus nette du terrain sur lequel elle va travailler et à découvrir certaines petites imperfections, peu visibles à l’œil nu au moment de l’examen, mais qui risquent de le devenir un jour.

 Jouer un rôle préventif de première importance

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Reconnaissons, d’autre part, que sans tomber dans le charlatanisme, il est toujours utile et parfois nécessaire de frapper la cliente par l’agencement de la cabine de beauté et un examen très poussé de l’état esthétique de sa peau.

On ouvre ici une parenthèse pour spécifier, dès maintenant, et bien faire comprendre au lecteur, que l’examen esthétique de l’épiderme n’a rien à voir avec l’examen médical.

Le Dermatologie procède à l’examen de la peau pour aboutir au diagnostic d’une maladie ou d’une affection locale.

L’Esthéticienne se limite à constater un aspect inesthétique particulière de la peau, se garde de formuler un diagnostic, ne met en œuvre que des techniques d’embellissement.

Elle se refuse, d’autre part, à entreprendre un soin lorsqu’elle aperçoit une lésion, quelle soit, et dirige alors la cliente vers le médecin spécialiste.

Les loupes

Loupe fluorescence

Loupe fluorescence

Il y a toujours avantage à examiner la peau de la cliente à la lumière du jour, ou avec loupe lumineuse ou fluorescence de préférence.

  • loupes lumineuses — il existe sur le marché des loupes dont le manche chromé contient une pile-bâton. Le verre grossissant, fixé sur un tambour, est éclairé par une ampoule de 2,5 volts. Le grossissement est excellent mais ne permet la vision que sur une zone cutanée très petite, limitée au diamètre de la loupe
  • loupes dites fluorescentes — depuis quelques années vous trouvez auprès de vos fournisseurs habituels une loupe appelée fluorescente dont le pourtour est muni d’un tube au néon. Elle permet la vision totale du visage ; son grossissement est important et sa clarté est très bonne

Ces loupes assurent un meilleur examen destiné aussi à décaler de petites imperfections qui risquent de devenir rapidement visibles à l’œil nu.

Nous aurons l’occasion de parler à nouveau de l’examen au moyen de la loupe dans différents cas particuliers.

La mesure du pH cutané

Nous savons, depuis trente ans environ, que le revêtement cutané correspondant à la couche superficielle du stratum corneum est de nature acide et que cette acidité est 5,5 environ sur la peau saine.

Cette mesure représente donc le pH physiologique, c’est-à-dire normal.

La grande majorité des dermatoses provoquent une perturbations physiologique, d’origine biochimique par conséquent, qui se traduit par une modification du pH vers l’alcalinité et une modification du pouvoir tampon surtout.

On donne le nom de pouvoir tampon à la propriété que possède la peau de réagir, plus ou moins violemment, aux variations du pH provoquées par des produits alcalins, et de rétablir plus ou moins rapidement son pH initial.

Bien que la prise du pH par l’Esthéticienne ne soit pas indispensable et que cette mesure ne possède pas une valeur absolue, on peut dire avec Jean Morelle qu’elle représente un acte intelligent pour les raisons suivantes :

  • elle permet de se rendre compte si le pH est physiologique, et dans le cas contraire, d’appliquer en traitement esthétique acidifiant approprié
  • elle révèle si le pouvoir tampon de la peau est bon ou déficient
  • elle donne le moyen d’éliminer les préparations cosmétiques alcalines qui ne conviennent pas à la cliente

Le pH cutané étant influencé par des agents extérieurs, par la digestion, par l’alimentation de la journée et d’autres facteurs divers qui le font varier de jour en jour et même d’heure en heure, sa mesure doit être prise dans des conditions très particulières et contrôlée régulièrement.

Parce que cous avez une fois mis la peau en contact avec un réactif ou avec l’électrode d’un pH/mètre vous ne pouvez pas en conclure que le pH de la cliente est de 6,5 ou 7.

Pour mesurer le pH cutané il est indispensable tout d’abord, d’avoir recours au pH/mètre électrique et d’effectuer la mesure avec l’électrode de verre spécialement étudiée dans ce but.

L'électrode de verre

L’électrode de verre

Il faut, ensuite, si vous voulez obtenir une mesure à peu près correcte et valable, que cette mesure soit exécuter le matin, la cliente étant à jeun, pas livrée depuis la veille au soir, pas maquillée.

Ajouter un commentaire