Les altérations du teint et la peau fine ou épaisse lors d’un examen

Les principales altérations d’ordre esthétique du teint sont les suivantes :

Les altérations du teint

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

  • teint terreux : gris et plombé
  • teint brouillé : la peau a perdu non seulement son éclat mais présente aussi une pigmentation grisâtre
  • teint terne : teint qui a simplement perdu sa fraîcheur, donc son éclat
  • teint blême : la peau a une pâleur cireuse
Teint blême

Teint blême

Quelques explications

Pour vous, Esthéticiennes et Visagistes, le teint idéal est celui délicatement rosé de la jeune fille, trop vite soumis chez la plupart des individus à des altérations diverses.

Ces altérations ont des causes internes ; il ne saurait donc y avoir de résultats esthétique importants si vous n’établissez pas une collaboration entre la cliente, le médecin traitant et vous-mêmes qui pouvez beaucoup, à la condition que cette collaboration soit étroite, suivie et effective.

A part les infiltrations de la peau par des substances colorantes d’origine biliaire, qui donnent un teint jaunâtre, et les stases sanguines qui provoquent des rougeurs diffuses et la couperose, les troubles du teint qui retiendront votre attention seront ceux provoqués par des toxines que la peau ne parvient pas à éliminer.

Vous savez que la peau joue un rôle important parmi les organes destinés à éliminer la masse des déchets dont l’organisme veut se débarrasser poisons produits par la fatigue, déchets du métabolisme, toxines endogènes toxines microbiennes, etc.

Mais les facultés et les possibilités d’élimination de la peau ne sont pas extensibles à l’infini.

Elles demeurent ce qu’elles sont, elle s’exercent au même rythme quelle que soit la quantité de déchets qui viennent frapper à la porte de l’émonctoire cutané.

Causes endogènes

Qu’arrive-t-il lorsque ces déchets sont produits en abondance par l’organisme ?

  • le teint devient terne. Causes endogènes : fatigue, auto-intoxications diverses
  • le teint devient brouillé. Causes endogènes : auto-intoxications chroniques
  • le teint devient terreux. Causes endogènes : infections intestinales
  • le teint devient blême. Causes endogènes : troubles gynécologiques, pertes, etc

L’énumération de toutes ces causes est, bien entendu, des plus sommaires ; on les cite pour mettre en évidence combien elles retentissent sur l’aspect de vos clientes.

En résumé : si la mauvaise mine et le vilain teint représentent pour le Médecin un signe clinique dont il recherchera les origines, pour Esthéticienne ils seront le signe d’une intoxication cutanée.

Elle pourra, dans la plupart des cas, améliorer considérablement l’aspect disgracieux de ces altérations du teint, à la condition du teint riger la cliente vers le médecin traitant.

Vous n’obtiendrez jamais de bons résultats si les soins locaux et le traitement interne ne sont pas pratiqués simultanément par le patient.

Examinez si la peau est fine ou épaisse

Signes distinctifs de la peau fine

A l’œil nu : Surface unie, texture  et grain extrêmement fins, ouverture des orifices pilo-sébacés invisible.

A la loupe : Confirme et précise l’impression d’une parfaite unité des tissus.

Au palper : Toucher délicat sinon doux ou  très doux.

A la lumière de Wood : Fluorescence foncée

Signes distinctifs de la peau épaisse

Coupe de la peau

Coupe de la peau

A l’œil nu : Texture grossière, très éloignée de la finesse du pli du coude. Pores souvent dilatés.

A la loupe : La trame superficielle de la peau est bien visible alors qu’elle ne l’est pas chez la peau fine

Au palper : Le palper est trompeur si la peau est soignée, car il peut donner un toucher doux. Si elle ne l’est pas, la surface a tendance à être légèrement rugueuse.

Quelques explications

Vous savez que la peau est un gel protéique. Ceci signifie qu’elle est constitué, au point de vue physique, par une pâte formée d’un quart de protéine et de trois quarts d’eau, environ.

La couche cornée qui la recouvre, dont l’épaisseur varie suivant les régions, est composée de kératine.

Pauvre en eau, sclérosée, dégénérée, moribonde, bien qu’elle remplisse vaillamment son rôle protecteur, la kératine, formée par la marée montante des cellules déshydratées repoussées de la profondeur vers la surface par l’afflux des cellules jeunes, gonflées d’eau, représente le tassement, le durcissement du gel protéique.

C’est la raison pour laquelle une peau bien hydratée, qui parvient à retenir son eau, aura de grandes chances d’être fine parce qu’elle produit une couche très mince dont la richesse en eau s’oppose au tassement du gel protéique.

Au contraire, une peau déshydratée aura tendance à être épaisse parce qu’elle donne naissance à une couche cornée plus importante, les petites pertes d’eau précipitant le tassement du gel protéique.

Ainsi, pouvions-nous inscrire l’épaississement de la peau parmi les signes de la déshydratation superficielle ou profonde.

Ajouter un commentaire