Le choix des couleurs dans la cabine de beauté

Prenant modèle sur les cliniques médico-chirurgicales, L’Institut de beauté a adopté pendant de longues années le blanc :

  • blancs les murs
  • blancs les appareils
  • blanc le linge

L’étude des couleurs

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Couleur-de-cabine

Couleur-de-cabine

Il ne serait jamais venu à l’esprit d’une Esthéticienne de peindre sa cabine de beauté d’une autre couleur en vertu du principe que « le blanc fait propre ».

Cette conception a évolué. A la notion et au souci de l’hygiène est venue s’ajouter une notion plus complexe vieille comme le monde, mais trop longtemps oubliée et souvent ironisée lorsqu’un chercheur ingénieux s’efforçait d’en faire comprendre l’intérêt : celle de l’influence des couleurs sur l’organisme et le comportement humains.

Depuis quelques années, la recherche et l’emploi de couleurs qui conviennent au cadre où nous développons notre activité quotidienne et qui favorisent cette activité, est à l’ordre du jour.

L’étude des couleurs ; de leur influence ; de leur action est devenues une science moderne, la chromologie dont les spécialistes appliquent tous les jours davantage les principes pour l’agencement des bureaux, des ateliers, des cliniques, des laboratoires, etc. dans chaque profession, en somme, et dans chaque cas particulier.

Les nombreuses et très récentes expériences ont permis de tirer des conclusions pratiques couramment mises en œuvre dans toutes les branches industrielles et commerciales.

Pierre Maguin, publicitaire, écrit au sujet de l’importance de la couleur dans les problèmes de vente qu’elle est devenue un des éléments de vente les plus actifs puisqu’elle peut, à elle seule, décider de l’achat d’un produit de préférence à un autre.

L’importance de la couleur

L’exemple le plus frappant, et qui résume à lui seul toute l’importance de la couleur, est celui des cigarettes américaines « Lucky-Strike ». Cette marque bien connue, écrit Pierre Maguin, occupait avant le guerre la cinquième ou la sixième place sur le marché américain des cigarettes.

Elle décida de faire un effort pour faire progresser ses ventes. On fit des enquêtes et des études qui prouvèrent que les utilisateurs étaient enchantés de la composition du tabac ; d’autres fumeurs, après avoir essayé les « Lucky » déclarèrent qu’ils deviendraient clients de la marque. On poussa la publicité. Mais les résultats furent maigres et loin d’atteindre le but fixé.

On d’attaqua alors à l’emballage et le problème fut soumis à LŒWY. Il s’attaqua donc au problème des « Lucky », et trouva la solution en transformant l’emballage « Lucky » qui était fond vert-disque rouge, en fond blanc-disque rouge que vous connaissez bien. Les cigarettes « Lucky » ont dépassé depuis tous leurs concurrents.

La cabine de beauté doit, elle aussi, se mettre « au goût du jour », adopter en conséquence des couleurs appropriées au travail auquel elle est destinée et même des couleurs adaptées à chaque soin. Elle doit renoncer à l' »aspect clinique » :

  • prétentieux
  • déprimant
  • vraiment peu utile à la profession qui doit se tenir à l’écart de tout ce qui est ou peut paraître médical

Nous ne pouvons pas nous étendre, dans ce manuel, sur la valeur symbolique et thérapeutique que les peuples anciens attribuaient à la couleur, ni sur les curieux phénomènes de sensibilité aux couleurs chez certains animaux ou sur les travaux de chromothérapie du Docteur Faveau De Ccourmelles.

L’influence des couleurs

Je recommanderai seulement à l’esthéticienne installant sa cabine de beauté d’avoir toujours présent à l’esprit le principe suivant : L’influence des couleurs n’est pas une vue de l’esprit. « Elles sont des stimulants physiques capables de se transmettre en stimulants physiologiques ; elle stimulent ou endorment :

  • nos facultés
  • nos sentiments
  • nos talents
  • nos réflexes

A ce propos, avant de vous donner quelques idées sur les couleurs que vous pouvez adopter dans l’Institut de Beauté, je voudrais répondre à une question que certain lecteurs pourraient poser.

Doit-on considérer que les couleurs (nous entendons les couleurs naturelles, au premier rang desquelles se placent celles du spectre solaire) ont sur les organismes des influences scientifiquement établies ?

A travers l’œil et par l’œil les couleurs sont perçues par le cerveau et transmises ensuite aux nerfs, même en dehors de toute représentation mentale, ainsi que nous pouvons le constater chez les animaux :

  • excitation du taureau et du dindon par le rouge
  • aversion des abeilles pour le noir
  • des fourmis pour le violet
  • des mouches pour le bleu, le brun, le noir

Prédilection, au contraire des moustiques pour le noir qui les entraîne à s’acharner sur les personnes vêtues de cette couleur, etc.

Le chromologiste M. Mellin, nous donne une foule de données très curieuses sur l’action de chaque couleur et Maurice Deribéré, Secrétaire général du Centre d’information de la couleur, a consacré à ce problème un livre du plus grand intérêt où le lecteur pourra puiser quantité de renseignements très utiles.

De toutes ces expériences, de tous ces travaux on peut conclure que non seulement les murs, mais aussi le linge et la blouse de l’Esthéticienne gagneront à être de couleur.

Ajouter un commentaire