Le traitement de la couperose

Les soins préventifs sont nombreux. Certainement à l’acné qui est en régression constante grâce à une meilleure hygiène locale, générale, sexuelle et alimentaire, la couperose tend à s’accroître et pose quotidiennent à l’Esthéticienne le problème de son traitement.

Pour quelle raison cet inconvénient si inesthétique marque-t-il de son empreinte la femme moderne ?

Le traitement de la couperose

Le traitement de la couperose

On incrimine la négligence des jeunes filles qui s’exposent aux insultes de l’atmosphère trop longtemps et sans la protection d’une crème ou d’un maquillage protecteurs.

La vie au grand air peut être coupable de cet état de choses, mais les grands responsables, les responsables les plus fréquents, sont les bains de soleil prolongés et les sports d’hiver.

Vient, ensuite, la tachyphagie, fléau de notre siècle surpressé.

Il apparaît, donc, que l’Esthéticienne a un rôle important dans la prévention de la couperose.

Les soins que vous pouvez pratiquer à l’institut

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Si au cours de l’examen esthétique de la peau, décrit dans la première partie de ce livre, vous constatez que :

  • votre cliente a une peau fine et irritable
  • sa couche cornée n’est pas épaisse
  • Quelques vaisseaux capillaires ont tendance à se dilater montrant ainsi une fragilité et une atonie vasculaire, considérez cette cliente comme une candidate à peu près certaine à la couperose

Au cours de votre soin, quel que soit, ayez recours à des moyens susceptibles de stopper l’insidieuse et lente installation de la couperose.

Ces moyens sont les suivants :

  • nettoyage avec un lait démaquillant exclusivement
  • pulvérisation avec de l’eau distillée ou des infusions de plantes adoucissantes et calmantes, telle la camomille
  • manœuvres de Jacquet à sec, suivies d’effleurages effectués avec une crème biologique ; manœuvres décongestionnantes
  • si vous constatez que la peau est fine et l’épaisseur de la couche cornée très faible, utilisez des préparations à base de complexes soufrés, du type crème kérato-stimulante de l’Expansion Biologiques Français. Appliquées sur la région couperose ces préparations augmentent l’épaisseur de la couche kératinisée et permettent d’obtenir une amélioration de la coloration des téguments par la protection des vaisseaux sous-jacents
  • renforcez le tonus des capillaires et le tonus musculaire par des séances de courants interférentiels de moyenne fréquente, en séries espacées. Le soin sera pratiqué avec de petites électrodes mobiles que vous tenez à la main et ne dépassera pas six à huit minutes par séances

Les conseils que vous donnerez à votre cliente

  • même si la couperose n’est pas encore bien apparente conseillez à votre cliente de se faire surveiller par son médecin traitant
  • conseillez-lui aussi de manger lentement, et de ne pas lire pendant ou immédiatement après les repas afin de ne pas favoriser le déclenchement de l’érythème post-prandial
  • puisque la protection des téguments aux agents atmosphériques est primordiale dans la prévention de la couperose, donnez à votre cliente les indications suivantes :
    • pas de toilette à l’eau froide : eau tiède, non calcaire ; laits démaquillants ; détergents aux protéines
    • emploi fréquent, le soir avant le coucher, de compresses imbibées de lotions dites anti-couperose ou d’infusion de plantes adoucissantes et calmantes
    • application, pour la nuit, de crèmes calmantes du type azulène alternée avec une préparation biologique
    • maquillage couvrant, surtout lorsque le temps est froid
    • pendant l’été :

La dilatation des vaisseaux résulte de l‘érythème solaire, soit qu’il n’ait pas été prévenu par l’application d’une crème, soit que la durée de l’exposition ait été si longue qu’il n’est au pouvoir d’aucune crème d’empêcher.

Il faut donc, engager la cliente à ne pas se griller le visage sur la plage, à bronzer lentement,  prudemment et discrètement en utilisant les produits actiniques de vos laboratoires.

  • Dans les cas où l’exposition aux rayons solaires se révèlerait, aux dires de votre cliente, vraiment dangereuse pour son visage, fournissez-lui une préparation qui réalise un véritable écran entre le soleil et la surface cutanée.
    • Pour l’hiver

Le rôle de l’érythème solaire à la montagne, dans l’apparition des téléangiectasies, paraît moins important que celui des variation de températures auxquelles la peau est exposée.

érythème solaire

érythème solaire

Les femmes, en général, se méfient de l’érythème des neiges et se protègent le visage avec une huile ou toute autre préparation anti-solaire.

Mais ces produits sont, par leur destination même, de consistance légère, puisque s’ils étaient plus épais ils feraient complètement écran aux ultra-violets et iraient à l’encontre des désirs essentiels des hivernants : bronzer.

Or, s’ils préviennent les coups de soleil, ils constituent un revêtement cutané trop mince pour que la peau soit réellement protégée contre les vents froids dont l’action vaso-constrictive est bientôt suivre d’une vaso-dilatation réflexe intense.

Exemple : descente en ski ; puis pause au soleil ou, pis encore, dans un bar surchauffé avec absorption de boissons alcoolisées.

Vous mettrez votre cliente devant le choix suivant : bronzage intense qui, une fois passé, cédera la place à des téléangiectasies plus apparentes et plus nombreuses, ou protection efficace.

Les crèmes destinées à cet usage n’empêchent pas une pigmentation légère, psychologiquement indispensable pour faire voir qu’on est allé aux sports d’hiver.

Ajouter un commentaire